FRANCE, CA M’ETAIT GALL

Hier, Francexit, la poupée n’a plus de son.
Serge, Claude, Julien, bien sûr Michel, pour elle, ils jouaient du piano debout.
Belle, drôle, sincère, déterminée, elle sût s’amuser de la vie.
Droite, pure et engagée, elle dût aussi se battre et souffrir en silence.
Et, évidemment, le talent.
Dans nos cœurs à jamais, elle résiste maintenant depuis son paradis blanc.
Ce soir, elle ne dort pas, mais elle est libre dans sa tête.